Numéro 57, mars 2021 , un an de …

Alors , on voit quoi, cette fois -ci ? Des gravures, de l’architecture, de l’art urbain , de la peinture faite avec des aérosols, un Joan Mitchell fabuleux, des Lüpertz, des petits Maillol délicieux et une bouffée d’air frais afghane .

1 -Chic, des gravures ! Une expo organisée par l’association Hiroko Okamoto

et oui , je vous vois réagir ! Vous le savez bien que PLPDG a un faible

  • Pour la gravure
  • pour le travail en binôme !

C’est un bonheur que d’autres expos nous ont permis d’apprécier , allez petits rappels :

en 2015 deux associations graver maintenant ( France) et presse papier ( Trois Rivières )

nous ont conviés à Coïncidences et jeux de hasard

Ainsi chaque œuvre comporte deux gravures , faites sans rencontre physique entre les deux artistes séparés par des milliers de kilomètres , sur un thème commun qui leur est cher .

  • En janvier 2010 , la fondation Taylor nous a présenté Diptyques éphémères ,voir blog 40 , proposition de l’association la taille et le crayon .

Ici une gravure répondait à un dessin ,puis ce même dessinateur proposait un dessin à son binôme qui répondait par une gravure , deux artistes en correspondance, quatre œuvres , on a chaque fois deux diptyques , trop bien, non ? le catalogue explicite les démarches . Il y a en a eu d’autres . Ayant prêté un catalogue , jamais rendu, sur une autre expo de ce type, je me rends compte de mes oublis , Help, pour le catalogue ,et Help , à vous tous pour nous rappeler les expos de ce genre !

Alors ici à peinture fraîche ? Pas de dépliant , pas de cartel , une énigme. Quand on voit que vous vous posez des questions on vous parle de cette graveuse japonaise décédée à Paris, et de la démarche de l’association. On vous refile un papier plastifié avec des numéros et les noms des artistes , c’est un jeu de pistes , et il va falloir penser à me mettre du gel après usage ! Après discussion on vous envoie , oui oui , un mail , instantanément , qui contient les diptyques , pas dans l’ordre , bien sûr , mais si on veut , on peut s’y retrouver , mon conseil c’est d’aller sur leur site qui contient ces documents , avec votre téléphone pendant votre visite !!!
Rien ne sert d’expliquer que les autres galeries prévoient des cartels, ou des papiers imprimés individuels, ou des QR codes !
On voit ici beaucoup de graveurs bien connus et de très belles œuvres , en résonance avec les thèmes étonnants d’Hiroko Okamoto :

des sièges ,des pulls et des végétaux !

Toutes les œuvres sont intéressantes , très fidèles à l’esprit et aux techniques de leurs auteurs, et cette expo est très réussie .

2 – C’est la première fois , je crois , que je vais voir une galerie dans ce quartier , près du Musée Rodin, hélas toujours fermé , alors je vais découvrir au Champ de Mars le Grand Palais éphémère , encore inachevé , de Wilmotte

3 – allez ! Encore un peu d’originalité ! Massimo de Carlo, pièce unique , ça vous parle ? 57 rue de Turenne , cette galerie , repensée par l’architecte Kenzo Kuma , vient d’ouvrir, et son concept , calqué sur la démarche de Lucio Amelio à saint Germain des prés en 1989, est de ne présenter qu’une seule œuvre, de grand format, visible de la rue.J’y ai vu clay Baby , de Karim Upson .

Actuellement , jusqu’au 27 mars , on y montre

5- Je signale une galerie spécialisée dans l’art urbain Open Space, 114 boulevard Richard Lenoir, réservation obligatoire. Brûlures d’Eric Lacan ( photos ici ) vient de prendre fin, on annonce à partir du 20 mars Levalet concrete jungle.

5 – Reconnaissez que ce numéro est allé pour vous à la recherche de démarches particulières ! Continuons donc avec Aerosoltherapie, à la Topographie de l’Art, 15 rue de Thorigny, jusqu’au 20 mars .

Technique intéressante , œuvres variées , dont

6 du plus classique , pour conseiller des visites à votre tante et vos cousins ?
classique, c’est vite dit !
retour à la très belle galerie, 4 passage sainte Avoye, Levi Gorki , horizons .

La plus belle œuvre , c’est ce pastel de Joan Mitchell, à voir de près .

7 – et du classique comme ça , vous en avez d’autres ?
toujours !
allez je vous propose de nous rendre chez Suzanne TARASIEVE , 7 rue Pastourelle ,ogni pittore dipinge sè .Lüpertz, Immendorff, Penck, Kirkeby, Polke , ça vous va ?

Et deux belles surprises pour la fin, franchement je vous gâte :

8 La très belle expo Maillot, la forme libre , chez Dina Vierny, , dans la galerie historique , conçue par Auguste Perret ( troisième architecte cité dans ce numéro ) au 36 rue Jacob . A couper le souffle . On peut parler avec le petit fils de Dina Vierny, et la galeriste est une jeune femme passionnée ,qui a su me vendre un livre de souvenirs de cette modèle et inspiratrice de Maillot, résistante, collectionneuse , galeriste , qui a rencontré Van Dongen, André Breton, , Gide , Vuillard, Le Corbusier etc !!!
On y admire des sculptures de petit format, bronzes, terres cuites , dessins au crayon , une aquarelle, une sanguine , des carnets de croquis , des œuvres inédites ou rarement exposées , magnifiques , on est loin des grandes sculptures aux formes plantureuses .

9 – Et nous finissons par l’expo du moment , dont tous les journaux parlent et qui est prolongée jusqu’au 3 avril , expo d’une jeune artiste afghane ,qui célèbre le corps libéré et la parole codifiée des femmes de sa jeunesse , moqueuse et coquine , que les hommes ne devaient pas comprendre

Il s’agit de KUBRA KHADEMI , bien sûr .

Elle est née en 89 , et a toujours dessiné , des corps , malgré les interdictions. Suite à des menaces , après des performances en Afghanistan , elle est venue s’installer à Paris en 2015 .

Éric Mouchet, 35 rue Jacob , expose des gouaches sur papier, from the two page book .
Atiq Rahimi a écrit le long et beau texte de présentation , dont voici un extrait :

Zoophilie, pornographie , ces mots reviennent dans les articles et à lire la liste des actes libidineux , je n’avais guère envie de voir ces œuvres . Et puis , en venant de voir Maillol, , je suis passée devant la galerie , éblouie par la ligne claire du dessin, les a-plats ocres et bleus , le côté clean des tableaux ,et surtout par la calligraphie dorée, en farsi Nasta’liq . J’ai eu du mal à faire le lien avec ce que j’avais lu, et suis entrée sans hésitation , en regardant ces actes subversifs contre les mœurs religiuses et sociales de son pays , tout pourrait sembler cru, mais est vraiment sublimé par la forme et la tranquillité avec laquelle ces propos sont abordés . On s’est fait traduire quelques poèmes de Djamal Al-Din Rumi ( 13 eme siècles ) si lyriques .
ces deux dernières expositions sont vraiment exceptionnelles .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :